Un paradis pour les anciennes automobiles

Un paradis pour les anciennes automobiles

Dans l’Aisne à Blérancourt exactement, existe l’Atelier des Coteaux”, il a une réputation planétaire et pour cause, l’atelier prend soin de pas moins de 200 modèles de voitures de collection. À peine passé l’accueil, vous apercevrez les différents modèles de voitures, ce lieu ressemble à s’y méprendre à un musée de l’automobile d’époque. Pourtant, c’est un véritable lieu de travail dirigé par Oscar Lefebvre et son épouse Marie-Christine, sont des passionné de belles mécaniques, pilote l’Atelier des Coteaux situé à Blérancourt. La cité est surtout connu pour son château qui est le symbole de la participation américaine dans la Première Guerre mondiale. L’entreprise de restauration s’étend sur 6000 mètres carré et rénove 200 modèles de voitures anciennes prestigieuses comme : Rolls-royce, Bentley, Jaguar, Aston-martin, Ferrari, Maserati, Alfa-romeo, Facel-vega, Delahaye, Mercedes, Cadillac et bien d’autres… L’atelier est l’un des plus importants, si ce n’est le plus grand situé en France. L’atelier a été fondé en 1989 à Château-thierry, puis c’est déplacé en 1996 à Blérancourt où il a par la suite traversé la rue pour rejoindre lors de l’année 2011 son site actuel. Aujourd’hui, l’entreprise emploi 20 personnes.
“Cela fait 52 ans que je répare ! Mon père était garagiste agent Citroën-Panhard. Je suis le dernier de sept enfants, tous dans l’automobile” explique le patron, qui a une réputation planétaire. Il n’en dira pas beaucoup sur ses clients et la valeur de leur automobiles, beaucoup se chiffrent en centaine de milliers d’euros. Oscar Lefebvre restaure ses automobiles “dans le but de les remettre à l’état aussi proche que possible de leur sortie d’usine”. À l’Atelier des Coteaux, l’authenticité met en avant la patience : “on a la réputation d’être long, mais ça fait partie du jeu. Une restauration, c’est entre 1500 et 3000 heures de travail. Soit entre un et trois ans”. À l’opposé des émissions de télé-réalité qui sont très tendance sur la réparation-revente de voitures, façon “Weeler Dealer”. “ On m’a déjà proposé d’en animer une. Mais elles m’agacent. Elles sont scénarisées. Et tout doit aller très vite. “ affirme l’artisan. Celui préfère largement prendre le temps de s’arrêter sur la signature d’un carrossier de l’époque.
“Un client, on commence par écouter son histoire” explique Oscar Lefebvre. “Il me raconte ses souvenirs d’enfance, ce bruit de moteur qu’il conserve dans l’oreille. Certains, peuvent déjà posséder une collection de 150, quand pour d’autres, ça peut être le projet d’une vie préparé de longue date”. Avant de faire monter la voiture sur le pont, un membre de la famille de monsieur Lefebvre se charge d’aller chercher le véhicule, bien souvent en europe, et d’autres voitures sur d’autres continents parfois. Ensuite, l’atelier se charge d’envoyer un suivi photo mensuel de la restauration au client. Celui-ci peut également effectuer des visites. Tous les morceaux de carrosserie sont fabriqués sur place, et pour les autres pièces, la modernité d’internet intervient.

En quoi la régulation monétaire est elle un enjeu de notre époque ?

En quoi la régulation monétaire est elle un enjeu de notre époque ?

L’économie et la finance aujourd’hui sont les piliers du bien être des états. Le monde est globalisé, ainsi que l’économie. Depuis 1991, avec la tombée du rideau de fer de Churchill, le monde entier communique, à l’exception de quelques zones d’ombres dictatoriales. Mais même si le monde se dirige vers une espèce d’états unis mondiaux, avec la perte progressive de souveraineté des états, et la globalisation des échanges, aujourd’hui, les différentes coalitions inter étatiques gardent un certain pouvoir. Et ce pouvoir passe avant tout par la monnaie de ces états et coalitions. Les monnaies sont des indicateurs économiques et sociaux du bien être de l’économie. En effet, la monnaie est le pouvoir, et plus une monnaie est puissante, plus on peut conjecturer sur l’importance économique et financière des pays auxquels appartiennent les monnaies. Mais pourquoi ? et donc, en quoi est ce que la régulation monétaire est elle un enjeu ?

Les monnaies sont régulées par des banques centrales inhérentes à des coalitions ou des états. Par exemple la réserve fédérale américaine, traite le dollar, monnaie de référence mondiale, sur laquelle on se base afin de situer les autres. Le dollar, équivalent sur le marché mondial donc à 1, est la monnaie la plus stable. La Banque Centrale Européenne, ou BCE, elle gère la monnaie de la zone euro. Cette monnaie possède un statut très particulier car l’euro est contesté par de nombreux. Zu sein même des etats, nombreux sont les courants politiques à dénoncer l’Europe et sa monnaie. D’autres, comme la grande bretagne, alors qu’ils faisaient parti intégrante de l’Europe , refusaient d’adhérer à l’Euro. Mais l’Euro est pourtant une monnaie puissante, et elle permet à de nombreux pays d’avoir de l’importance au niveau mondial. La Grèce par exemple, n’aurait pas un statut particulier, et personne ne se seraient soucié de leur crise s’ils ne faisaient pas partie de l’union européenne. L’Allemagn,e grande salvatrice et bon samaritain, n’aurait jamais aidé la grèce à combler sa dette. Le fait que la grèce possède l’Euro a été donc essentiel à son sauvetage. Car la faillite d’un état sous cette monnaie peut entraîner une perte de confiance des autres pays envers elle, et donc à sa dévaluation, à sa disgrâce.

La Banque Populaire de Chine est la banque centrale chinoise, qui elle ne mise pas sur la bonne portée de sa monnaie. En effet, elle applique ce qu’on appelle des politiques déflationniste, et vise justement à garder son statut de monnaie faible. En effet, le Yuan étant faible, il ne pose pas de problèmes quand à sa bonne portée. Les fluctuations autour du yuan sont importantes, et surveillées, mais les efforts de la BPC pour le conserver à ce niveau en font de lui une monnaie, certe pas puissante, mais sûre.

Ainsi, la monnaie est un indicateur de la bonne santé économique. Elle reste donc un enjeu primordial pour les banques centrales qui cherchent à protéger leur confiance; car la confiance attire les investisseurs, et donc l’argent.

Comment choisir son assurance habitation ?

Comment choisir son assurance habitation ?

Pour bien choisir une assurance habitation il faut en premier lieu déterminer vos besoins. Vous allez donc devoir avoir une vision précises de vos besoins pour les prendre en compte avant souscription à une assurance habitation.

Identifier les besoins

Pour pouvoir déterminer vos besoins il vous faudra évaluer les biens mobiliers de votre maison. Le choix de votre assurance sera déterminer selon l’estimation de ces biens. Prenez bien en compte tous les types de mobiliers dont vous disposez en passant par de simples meubles aux meubles électroménagers ou aux vêtements. Le bonus obtenu par l’assurance augmentera en fonction de la valeur de votre mobiliers.

Bien choisir son contrat d’assurance

Afin que vous bénéficier de la meilleure assurance, ils vous faire attention à certains détails notamment à la façon dont l’assurance couvre les risques et leur système d’indemnisation ainsi que les conditions suspensives de leur contrat.
Vous devez donc savoir quelles sont les garanties de l’assurance à laquelle vous voulez souscrire. Cela peut concerner les intempéries, les inondations, les incendies… Un contrat qui répond à de multiples risques doit aussi comprendre la responsabilité civile afin que vous puissiez bénéficier de l’indemnisation des dommages engendrés par un tiers. Les options de garantie dépendent du lieu d’habitation et des propositions de votre assureur mais aussi de certains autres critères.

Concernant l’indemnisation l’assurance se basera sur le montant fixé au départ lors du contrat et sur le montant des dégâts subit sur votre habitation. La franchise étant déterminée pour chaque type de dégât qui peut être subi. Si c’est une tierce personne qui est à l’origine des dégâts, c’est à l’assurance de cette personne qu’il faudra s’adresser.
Il faudra aussi être attentif aux conditions suspensives, c’est-à-dire, dans certains cas, les conditions pour lesquelles l’assurance ne se portera pas garante.

Savoir quelles sont les garanties de votre assurance habitation

Les garanties obligatoires de l’assurance habitation sont aux nombres de huit : la garantie des biens mobiliers et immobiliers, garantie dégâts des eaux, garantie incendie, garantie bris de glace, garantie catastrophes naturelles, la responsabilité civile ainsi que la garantie vol.
Chaque assureur impose ses propres critères pour chacune de ces garanties renseignez vous donc bien sur les différentes conditions afin de connaître les situations dans lesquelles elles s’appliquent.

Choisir les bonnes options

Vous pouvez selon vos besoins souscrire à des garanties facultatives. Ces options vous sont proposées si, par exemple, vous avez une piscine, un jardin ou des animaux pour pallier aux dégâts qu’ils peuvent provoquer. Des garanties existent aussi pour des objets de valeur, un dépannage à domicile ou de l’électroménager. Mais ce n’est pas tout, il y a aussi des options pour des dommages électriques, des grêle ou une garantie pour la protection juridique.

Le remboursement et la franchise

Selon les cas, l’assurance peut ne pas prendre en charge tous les frais engendrés par des dégâts sur vos biens. Il vous faudra alors payer une franchise, qui n’est autre que la somme à votre charge, non compris par l’assurance. Il est donc nécessaire de déterminer le taux de franchise qui vous va le mieux.